Histoire


Le mas fut construit entre 982 et 1397. Il est impossible de lui donner une date plus exacte puisque les registres des maisons qui se construisaient alors furent fermés pendant la construction du monastère et des monuments religieux. Son premier propriétaire connu est don Pulcro Berenguer del Bell Solà. C’est une des raisons qui explique le grand nombre de fermes qui ont toutes la même année de registre.

Les propriétaires qui s’y succédèrent y apportèrent des modifications et des agrandissements qui peuvent se lire sur les façades,  des rajouts un peu bruts comme sur un dessin d’écolier. Les contrebandiers ainsi que les Républicains qui fuyaient le pays pendant la guerre civile espagnole y trouvèrent refuge, mais son protégé le plus célèbre est ce fameux espion dont voici l’histoire.

joanpujolgarbo-location-gite-espagne
Celui qui par son mensonge permis le débarquement de Normandie, Joan Pujol Garcia, né à Barcelone, connu sous le nom de Garbo est passé dans l’histoire comme l’agent double  qui sut tromper Hitler ayant alors un rôle clé dans la fin de la 2nde guerre mondiale.. Pujol, El Garbo, surnom que lui donna Churchill qui le trouvait aussi bon acteur que Greta Garbo, réussit a faire croire aux allemands pour qui il travaillait aussi ( agent infiltré du contre-espionnage britannique), que le débarquement des alliés aurait lieu à une date postérieure et à un lieu différent.

Cette tâche de “désinformation” qui lui fut confiée faisait partie de l’Opération Fortitude” et devait faire croire a Hitler  que le débarquement  aurait lieu dans le Pas de Calais á 250 kilomètres de là où il se produisit. Le jour « J » cette opération prendrait le nom d’Opération Overlord”.
Ainsi quand le Führer apprenant au réveil d’une longue grasse matinée, que le débarquement était en cours,  il lui fut impossible de rectifier ses positions, les troupes alliées étaient déjà trop avancées sur le territoire français rendant inévitable la défaite des Nazis. La rage d’Hitler fut telle que nous en connaissons la violence de sa vengeance. Oradour sur Glane par exemple. (Une piece de theatre s’est joué a Paris au théâtre de la Madeleine  «Mensonges d’Etats » de Xavier Daugreilh et mise en scène par Nicolas Briançon.  (Octobre 2013/janvier 2014). Elle a fait, entre autre, connaitre la vérité sur ces évènements méconnus du grand public en France, la politique du moment ne voulant pas partager la victoire avec qui que ce soit).

Avant d’être espion, Joan Pujol qui était professeur agricole, avait travaillé dans une propriété agricole de Sant Joan de les Abadesses, là où les républicains avaient annexé un grand mas, el Bell Solà,  pour y monter une coopérative-école agricole.  Appelé sous les drapeaux pour son service militaire,  la guerre civile éclata, et il le commença  dans les rangs républicains pour passer peu après chez les franquistes. N’ayant pas d’idéologie politique, et peu convaincu,  il se rappela notre ferme et vint s’ y   cacher  un temps,  prenant alors  la décision de  déserter, refusant de faire son service militaire dans l’un ou l’autre camp, il essaya de rejoindre la France comme le feraient plus tard les réfugiés politiques.

Dans l’impossibilité de passer la frontière oú les nationaux y avaient une surveillance accrue due aux nombreuses désertions,   il redescendit vers Barcelone où il resta caché  dans un appartement près de la cathédrale jusqu’à la fin de la guerre civile. Doté d’une très grande imagination et soucieux de tout ce qui se passait alors en Europe, conscient du danger de la montée du fachisme, il  perfectionna son anglais et son allemand, Il proposa ses services a l’Ambassade britannique de Madrid, qui lui rit au nez. Il se proposa donc  aux Allemands  qui eux  l’acceptèrent comme espion, sous le nom d’Arabel, en hommage à son épouse Aracéli, qui le secondait  énormément dans cette grande aventure. Peu après,  il reviendrait vers l’Angleterre, chargé cette fois d’informations importantes et  ses services furent acceptés. Il  travailla alors très activement comme agent double pour le contre-espionnage britannique et  fut le principal acteur dans les opérations Fortitude et Overload,  chargé de mentir a Hitler sur le lieu du débarquement. Hitler persuadé que les dés étaient jetés et qu’il serait sous peu le grand vainqueur, devait  le décorer lui-même le lendemain de la Croix de Chevalier de la Grande Croix de Fer, décoration honorifique militaire instituée sous la 2eme guerre mondiale.
Bien sûr, sans attendre sa décoration , il fuirait  vers le Venezuela où il mourut en 1988.

Sa photo peut se voir au Musée Imperial de la Guerre à Londres. (Une partie de ses informations est extraite d’une entrevue qui lui fut faite au Venezuela, par une revue espagnole et publiée en 1986).

La cachette du Garbo et de tous les contrebandiers qui y sont passés, est une petite voûte en pierres d’une superficie de 6 mètres carrés à peine. Sans porte, on y entrait par une étroite cheminée au plafond dissimulée par deux grandes dalles de pierre sous le carrelage de l’étage supérieur. L’actuelle propriétaire du mas, Lina, se rappela que toute la famille de sa maman fut accueillie pour une nuit dans une ferme de la zone. Après quelques recherches, la soeur de sa maman qui à l’époque était âgée de 13 ans reconnut la maison, reconnaissance confirmée en plus par le passé républicain de cette ferme. Nous savions déjà que Enrique Lister et son dernier bataillon de soldats firent eux aussi halte dans les sous-bois de la maison et y firent leur campement pendant plusieurs jours avant de quitter la Catalogne après la défaite républicaine en oubliant un manteau qui resta pendu pendant presque 60 ans au même clou sous une petite terrasse, et que nous conservons précieusement.